Histoireetorigines

Durant des siècles l’Ukraine fut un carrefour pour différentes cultures. Elle fut aussi une cible de choix pour les grands empires en raison de sa position géographique. Située entre l’Europe centrale, la Russie et le Moyen Orient, l’Ukraine représentait un intérêt stratégique en tant que point de passage entre l’Orient et l’Occident.

Les mystères, les légendes et les histoires de plusieurs peuples, nations et cultures ont modelé l’identité du territoire ukrainien actuel. Pendant des siècles l’Ukraine fut le théâtre d’événements héroïques et dramatiques : des apogées et des déclins de civilisations, des entremêlements et des confrontations de nations, des guerres et des révolutions, des décadences et des renouveaux culturels.

Les historiens l’ont longtemps surnommée la « porte de l’Europe » car beaucoup de peuples, de cultures ou encore la religion sont entrés en Europe par son territoire. L’Ukraine est aussi considérée comme le « berceau de plusieurs peuples et cultures » car pendant de nombreux siècles les Ukrainiens, les Polonais, les Juifs, les Tatars, les Biélorusses, les Roms, les Russes, les Bulgares, les Grecs, les Arméniens, les Allemands ou les Roumains y habitaient et y travaillaient côte-à-côte.

Selon Hérodote, quelques siècles avant Jésus-Christ ses terres furent peuplées par une ancienne tribu nomade, les Scythes. Ces derniers commerçaient avec les Grecs et guerroyaient contre les Perses. Les compatriotes de ce « Père de l’histoire grecque » se plurent, eux aussi, sur les côtes ukrainiennes de la Mer Noire et y fondèrent des cités-états.  Au crépuscule de cette ancienne civilisation, les Slaves firent leur apparition. Des sources archéologiques démontrent que leur terre natale fut l’Ukraine.

Avec la christianisation les ancêtres slaves des Ukrainiens commencèrent à se faire leur place dans l’Europe médiévale. Ainsi naquit Rous’ kyivienne un état médiéval très puissant. Son territoire fut à l’origine de l’Ukraine actuelle. L’âge d’or de Rous’ kyivienne survient au tournant de XIe siècle. D’après les historiens, son chef-lieu Kyiv (la capitale de l’Ukraine actuelle) comprenait 100000 habitants, ce qui à l’époque dépassait la totalité de la population de Londres ou de Paris. Plus tard au XIIIe siècle Rous’ de Kyiv fut à l’avant-poste de la résistance européenne contre l’invasion mongole qui a brutalement réduit la capacité de développement de la noblesse locale.

Les territoires de l’Ukraine ont succombé à ses voisins la Lituanie et la Pologne, aboutissant à la création d’une des plus puissantes monarchies d’Europe, l’Union de Pologne-Lituanie. Elle a existé du XVIe au XVIIIe siècle et comprenait les territoires de la Pologne actuelle, de l’Ukraine, de la Biélorussie, de la Lituanie, de la Lettonie et de l’ouest de la Russie.

À cette période-là le phénomène de la chevalerie libre en Ukraine atteint son apogée et les cosaques ukrainiens (“gens libres” en langues turques) apparaissent dans l’arène européenne. Ils créèrent leur propre état nommé Hetmanat (Zaporizka Sitch). Ces guerriers redoutables participèrent à toutes les guerres du pays aussi bien comme une armée indépendante que comme mercenaires. Les cosaques possédaient leurs propres coutumes, étaient autonomes et avaient développé un art martial unique.

L’art martial des cosaques ukrainiens, l’Ile Khortytsia
Photo: Natalya Bozadzhy, Shutterstock

De leur côté les Tatars-criméens fondèrent leur propre état, nommé le Khanat de Crimée sur leurs terres d’origine. Au travers de l’histoire, les cosaques ukrainiens et les Tatars-criméens furent successivement tantôt des alliés contre les envahisseurs communs tantôt des ennemies. La chute du Khanat de Crimée coïncide avec la division de l’Union de Pologne-Lituanie et la perte d’autonomie de l’Hetmanat. L’instigateur de tous ces événements tragiques fut le même, à savoir l’Empire russe.

Le palais des Khans à Bakhtchyssarai, XVIe siècle
Photo: Reanas, Depositphotos

De la fin du XVIIIe jusqu’au début du XXe, l’Ukraine est divisée entre deux grands empires : celui d’Autriche (plus tard d’Autriche-Hongrie) et l’Empire russe. Pendant cette période les Ukrainiens participèrent aux guerres napoléoniennes, combattirent pour leurs droits politiques et civils, construisirent des usines et des voies ferrées, ouvrirent des écoles et des hôpitaux, participèrent au progrès technique et scientifique. Dans le même temps, ils développèrent leur langue et leur culture, comme le firent les autres nations européennes privées de leur état et déchirées par des grandes puissances.

En XXe siècle des millions d’Ukrainiens furent jetés dans le chaos de la Première Guerre Mondiale.

Face à la chute des grandes puissances impériales les Ukrainiens tentèrent d’établir leur propre état national entre 1917 et 1921 qui malheureusement n’a pas perduré.

Grâce à une alliance avec la Pologne, l’Ukraine a pu arrêter le communisme aux portes de l’Europe en battant l’armée bolchevik russe à Varsovie.

La Pologne a su résister tandis que l’Ukraine n’a pas pu réprimer la convoitise de ses voisins. Jusqu’en 1991 l’Ukraine vivait sous le régime totalitaire de l’URSS. Cette période macabre de l’histoire du pays fut marquée par des événements tragiques : la collectivisation forcée, le génocide Holodomor, la Grande Terreur, l’Holocauste, les déportations massives, le Goulag, la psychiatrie punitive, les interventions militaires de l’armée soviétique ou encore Tchornobyl dont l’écho sinistre s’entend encore aujourd’hui. Des millions d’Ukrainiens ont perdu la vie au cours de ces événements tragiques.

Malgré ces conditions difficiles l’Ukraine rebâtit ses villes, construisit des missiles spatiaux et des centrales nucléaires, développa des technologies médicales de pointe et inventa de nouvelles techniques de soudure. Sans oublier que certains ordinateurs élaborés en Ukraine n’eurent pas d’équivalents dans le monde. À cela s’ajoute sa contribution à la culture et à l’art mondial : l’avant-garde, le constructivisme, le futurisme, le cinéma expérimental ou la musique.

L’Ukraine fut à deux reprises au cœur de la Seconde Guerre Mondiale. La première fut pendant l’offensive et l’occupation allemande et la seconde durant le retrait des nazis. Plus de 8 millions d’Ukrainiens ont péri entre 1939 et 1945, la plupart étant des civils. 1,5 million de juifs ukrainiens furent victimes de l’Holocauste. La vérité historique sur les victimes de la Deuxième Guerre Mondiale fut censurée durant la période soviétique et a commencé à être révélée dans les années 80 juste avant la chute de l’URSS. 3 millions de soldats ont perdu la vie en combattant les nazis, en captivité, portés disparus ou suite des blessures de guerre. Les Ukrainiens combattaient les nazis au sein des armées de la Pologne, de l’URSS, du Canada, de la France, des États-Unis et de la Tchécoslovaquie. Ils intervinrent sur les arènes militaires d’Europe, d’Afrique, d’Asie, ainsi que dans l’Atlantique et le Pacifique.

Après la guerre et jusqu’à l’indépendance les patriotes ukrainiens, les défenseurs des droits de l’homme, les dissidents, les artistes et les poètes réunirent leurs efforts dans le but commun de se débarrasser du joug totalitaire communiste. Leurs efforts ne furent pas vains, car en 1991 l’Ukraine déclara son indépendance pour construire un état souverain et démocratique au sein de ses frontières reconnues par la Communauté internationale.

Monument de l’Indépendance de l’Ukraine à Kyiv
Photo: MaxxjaNe, Shutterstock

Depuis, chaque nouvelle tentative d’imposer l’autoritarisme se heurte à la résistance du peuple. La Révolution orange (2004-2005) ainsi que la Révolution de la Dignité ont prouvé que l’Ukraine a choisi la liberté et est prête à la défendre.

En 2019 le projet d’adhésion à l’Union européenne et à l’Otan fut inscrit dans la constitution ukrainienne en tant que voie du développement national.

Depuis l’indépendance en 1991 plus de 40 millions d’Ukrainiens de différentes origines et confessions cohabitaient en paix en Ukraine. Pourtant en 2014 tout a basculé après l’occupation illégale de la Crimée par la Fédération russe et l’envoi de troupes militaires par cette dernière à travers la frontière du Donbas en Ukraine de l’Est.

Aujourd’hui la Russie continue l’agression et mène une guerre hybride contre l’Ukraine et son peuple. Cette guerre a déjà fait plus de 14000 victimes et plus que 27000 blessés.

You cannot copy content of this page